Télévision et Cinéma 5 juillet 2017

Introduction à la technique de l’incrustation en cinéma et télévision

Image d'un article du blogue

En télévision ou au cinéma, la technique d’incrustation est souvent utilisée pour intégrer des décors ou obtenir des effets visuels particuliers. Avec l’apparition du numérique, les techniques de trucage sont aujourd’hui nombreuses, mais la plus utilisée reste celle de l’incrustation. Cette dernière peut être appliquée pour des émissions en direct ou lors de la postproduction, au montage.

Si vous avez un intérêt marqué pour les effets spéciaux et que vous souhaitez en savoir davantage sur cette technique, lisez ceci.

Un procédé qui ne date pas d’hier

C’est en 1940 qu’apparaît véritablement la technique de l’incrustation dans le film britannique Le Voleur de Bagdad de Ludwig Berger, Michael Powell et Tim Whelan. À l’époque, pour obtenir des effets spéciaux d’envergure, il fallait d’abord commencer par filmer uniquement le décor. Ensuite, les personnages devaient à leur tour être filmés sur un fond bleu uni. À partir de cette séquence sur fond bleu, on obtenait deux négatifs. Sur le premier, les personnages apparaissent en blanc sur fond noir, et sur le second, ils étaient en noir sur fond blanc.

Grâce à une tireuse optique (machine qui comprend un projecteur et une caméra), il était possible de réenregistrer la séquence du décor, en superposant les négatifs et la séquence sur fond bleu, pour y incruster la silhouette, puis les personnages en entier.

En jetant un coup d’œil à la vidéo ci-dessous de la bande-annonce du film Le Voleur de Bagdad, vous constaterez que les effets spéciaux sont particulièrement bien réussis pour l’époque, mais qu’on est loin de ce que l’on peut réaliser aujourd’hui.

La technique d’incrustation à l’ère du numérique

Si vous envisagez de vous lancer dans une formation en animation 3D, vous n’apprendrez pas à maîtriser la technique d’incrustation avec une tireuse optique, mais vous allez apprendre à l’appliquer avec les ordinateurs et les logiciels les plus récents.

De nos jours, le fond bleu a laissé place au fond vert qui est davantage utilisé. N’importe quelle couleur serait possible, à partir du moment ou le fond dispose d’une teinte que l’on ne retrouve pas dans la nature ou sur les personnages, afin d’éviter les défauts lors de l’incrustation.

Avec l’arrivée du numérique depuis les années 80, l’incrustation est aujourd’hui bien plus facile, mais il a fallu plusieurs années avant d’obtenir des résultats au plus proche de la réalité. Aujourd’hui, la technique de l’incrustation est entièrement numérique. Toutefois, elle exige un savoir-faire particulier que l’on apprend en cours d’animation 3D. Plusieurs éléments sont à prendre en considération, notamment les éventuels problèmes de contour, de couleur, d’ombre, etc.

L’utilisation des images de synthèse

Grâce aux nouvelles techniques utilisées par les graphistes, il est possible d’intégrer des acteurs dans un décor en 3D fait d’images de synthèse. Ce type d’incrustation s’effectue en plusieurs étapes.

Il faut d’abord prélever une multitude de données (éclairage, distances, positionnement de la caméra, etc.) pendant que les acteurs jouent leur rôle sur fond vert. Ces données permettent ensuite aux graphistes de concevoir le décor à l’aide d’un logiciel. Une version numérique des acteurs est conçue pour les faire évoluer dans le décor, afin d’enregistrer leurs ombres qui apparaissent dans l’environnement et sur les objets. Les images de synthèse correspondantes sont calculées, puis les acteurs filmés réellement sont ajoutés à la place de la version numérique de ces derniers.

L’univers de la 3D et des effets spéciaux vous fait rêver? Lancez votre carrière dans ce secteur ! Pour tout savoir sur notre programme d’animation 3D, n’hésitez pas à contacter l’un de nos conseillers en orientation ou simplement nous faire parvenir une demande d’information par le biais de notre site web.

Sources:
J. Cinéma. Incrustation. Repéré à : cinema.wordpress.com/technique-cinema/incrustation/
Le Monde. (2013). Le « fond vert », grand-père des effets spéciaux né… en 1940. Repéré à : lemonde.fr/culture/video/2013/03/07/le-fond-vert-grand-pere-des-effets-speciaux-ne-en-1940_1843938_3246.html
YouTube. (2013). C’est pas sorcier – Magie des effets spéciaux. Repéré à : youtube.com/watch?v=xo3nJ6geylU
Lumino studio. (2013). L’incrustation vidéo sur fond vert. Repéré à : lumino-studio.fr/blog/incrustation-video-sur-fond-vert